Créer un nouveau blog :

A propos de ce blog

Nom du blog :
rassemblerlagauche
Description du blog :
Blog P.C.F
Catégorie :
Blog Politique
Date de création :
26.03.2007
Dernière mise à jour :
19.11.2010

RSS

Navigation

Accueil
Gérer mon blog
Créer un blog
Livre d'or rassemblerlagauche
Contactez-moi !
Faites passer mon Blog !

Articles les plus lus

· LES RICHES : En plus ils polluent...!!
· EDF-GDF
· Sur la piste des grandes fortunes .
· FONCTION PUBLIQUE .
· LA LUTTE DE CLASSE ET LA CONSCIENCE DE CLASSE .

· Le travail source d'épanouissement ?
· LOGEMENT SOCIAUX
· Soudain,un cri de bête terrifie le voisinage .
· couchner
· C'est la faillite : POUR QUI ?
· L'ILE LONGUE .
· UNIVERSITE .
· FRANCE / AFRIQUE .
· Procès Bellacio .( suite )
· DROIT DE GREVE .

Voir plus 

Statistiques 970 articles


Derniers commentaires

bonjour bernard , hélas , depuis 2007 , rien n'a changé bien au contraire ! bien à toi , dédé . http:
Par Dédé, le 24.02.2012

encore deux ou trois précisions, sur leurs programmes, de la part du cnt libyen et des vainqueurs des élection
Par londiche, le 25.10.2011

les « faiseurs d’opinions  »… n ous avons connu les belles tirades de monsieur j-m sylvestre à propos d
Par Le Metayer, le 14.07.2011

crise du lait oui,mais http: moissonaupaysd escollines.cen terblog.net /3 .html jeunessh ttp://moissona upaysd
Par moissonaupaysdesco, le 25.08.2010

edez nous a faire passer nos idees http://b abou5092008.ce nterblog.net
Par babou5092008, le 04.04.2010

Voir plus

RSS
Recherche

Sénatoriales : Rien n'est réglé à gauche .

Publié le 19/11/2010 à 16:31 par rassemblerlagauche
Accueil > Dossiers et actualités > Politique


Par : Bureau de presse
Mis en ligne : 19 novembre
Partager :
Thèmes :



Depuis quelques jours le Parti socialiste communique en laissant entendre que des accords seraient conclus entre les formations de gauche sur les élections sénatoriales. Nous n’en sommes pas là. L’état actuel des discussions n’est pas satisfaisant. Le Parti socialiste ne peut s’arroger le droit d’une répartition unilatérale des candidats éligibles au Sénat. L’enjeu est considérable, il s’agit d’obtenir la majorité au Sénat et plus généralement de développer de dynamiques gagnantes pour la gauche jusqu’en 2012, y compris à l’occasion des élections cantonales. La bataille des retraites où celle autour de la réforme des collectivités territoriales ont montré combien il serait utile pour notre pays d’avoir une majorité de gauche dans une des chambre du parlement. Mais cette dynamique de reconquête dépend d’accord loyaux, gagnant/gagnant pour l’ensemble des formations qui appellent à construire ces majorités.

Le Parti communiste français ne peut accepter des accords qui aboutiraient à réduire le groupe Front de Gauche, Républicain et citoyen au Sénat alors que dans le même temps d’autres formations verraient accroître leur nombre d’élus. C’est ensemble qu’il faut battre la droite. Les discussions doivent se poursuivre dans le respect de chaque formation.

Francis Parny, Responsable aux relations extérieures pour le PCF

Paris, le 19 novembre 2010

Le PCF salue la mémoire d'Abraham Serfaty .

Publié le 18/11/2010 à 21:42 par rassemblerlagauche
Accueil > Le PCF > Le programme populaire partagé > Les rencontres nationales du projet


Par : Bureau de presse
Mis en ligne : 18 novembre
Partager :
Thèmes :



Le PCF reçoit avec une très grande émotion la nouvelle du décès d’Abraham Serfaty, un homme de courage qui a consacré sa vie au combat pour la liberté et la démocratie au Maroc. Victime de la répression, il a souffert la torture et des longues années d’emprisonnement sans jamais cesser son combat.

Le PCF rend hommage à l’homme de progrès, au militant infatigable et transmet à sa femme Christine et à ses proches ses plus sincères condoléances. Abraham Serfaty, cette grande personnalité marocaine, restera dans nos mémoires.

Parti communiste français,

Paris, le 18 novembre 2010.

Les liens entre le pouvoir et les trusts pharmaceutiques existent .

Publié le 18/11/2010 à 21:26 par rassemblerlagauche
Accueil > Le PCF > Le programme populaire partagé > Les rencontres nationales du projet
Scandale du Médiator

Par : Bureau de presse
Mis en ligne : 18 novembre
Partager :
Thèmes : Démocratie - Institutions | Santé

La diffusion du Médiator sans respecter toutes les normes et recommandations connues parait avoir occasionnée plus de 500 décès. La réponse de la secrétaire d’État à la Santé, Nora Berra, renvoyant sa prise de position à un long travail d’enquête entre le médicament et ses effets ne peut satisfaire personne.


Les révélations sur le scandale du Médiator confirment que des liens existent entre le pouvoir et les trusts pharmaceutiques sur le dos de la santé de la population. Le rappel de la décoration du patron de ce laboratoire par le Président Sarkozy lui-même en l’élevant au rang de grand-croix de la Légion d’honneur en rajoute sur ces liaisons dangereuses. Ajoutons à cela que Nora Berra, médecin aux Hospices Civils de Lyon tout en étant médecin au sein de trois des principaux groupes pharmaceutiques, cultive à son tour le conflit d’intérêt, qui reste la marque de fabrique des gouvernements de l’ère Sarkozy.

Plus que jamais, la proposition du PCF de créer un grand pôle public du médicament à l’échelle nationale et européenne est d’actualité et a toute sa raison d’être. Il faut un espace libéré du pouvoir de l’argent, répondant réellement aux besoins de santé, contrôlé démocratiquement par les représentants des usagers qui sont des ayant-droit à la santé.

Parti communiste français

Jeudi 18 novembre 2010

Le coup de force continue .

Publié le 18/11/2010 à 21:03 par rassemblerlagauche
Accueil > Le PCF > Le programme populaire partagé > Les rencontres nationales du projet
Budget 2011


Par : Bureau de presse
Mis en ligne : 18 novembre
Partager :
Thèmes :

Si tôt nommé et déjà déchainé. Le gouvernement renoue avec son démon favori : le coup de force permanent. Foulant allègrement les droits élémentaires du parlement, le gouvernement a supprimé les quelques modifications au budget 2011 décidées par les députés en première lecture.


Ce budget 2011 fait, consciencieusement, les poches des foyers modestes et des couches moyennes. L’économie française ne souffre pas de trop de dépenses publiques mais de la multiplication de cadeaux fiscaux aux plus riches abusivement appelés « niches fiscales ». Ce n’est pas la France qui est en faillite, c’est la politique du gouvernement qui conduit tout droit à l’aggravation de la crise.

Le pire est encore devant nous au vu des récentes déclarations du Président de la République qui annonce, sans honte, la fin de l’impôt sur les grandes fortunes (ISF). Les plus riches peuvent être rassurés, le gouvernement continue d’être aux petits soins pour eux.

Parti communiste français

Jeudi 18 novembre 2010

Frappé !

Publié le 18/11/2010 à 09:34 par rassemblerlagauche
Social-Eco - le 18 Novembre 2010

Editorial Par Maurice Ulrich
Frappé !

Comment un président de la République parlant de « l’intérêt général » peut-il, dans un pays 
où huit millions de salariés gagnent moins de 950 euros par mois, ne pas en dire un mot en 90 minutes de télé ? Comment est-il possible qu’aucun des trois journalistes présents ne l’ait interrogé à ce propos alors que les chiffres de l’Insee sur l’emploi et les salaires venaient d’être publiés. Et, tandis qu’hier matin, les commentaires tournaient rond 
et en rond sur le changement de style du président, 
on retenait l’annonce de la suppression de l’impôt sur 
la fortune. Voilà le grand chantier de Nicolas Sarkozy, 
si l’on met de côté le numéro de démagogie sur 
la dépendance quand la santé va de plus en plus mal : 
la réforme de la fiscalité. Pour une fiscalité plus juste ? Non point, mais pour les plus riches, encore les plus riches. Car l’éventuelle suppression du bouclier fiscal 
ne peut faire illusion. C’est un tour de passe-passe, un jeu de Bonneteau où gagnent toujours les mêmes.

950 euros par mois. Les femmes, les femmes seules, les jeunes sont les premières victimes 
de ces bas salaires. Ils sont le plus frappés par les hausses de prix dont celles des loyers. Le logement représente 27 % du budget de l’ensemble des ménages, 39 % 
du budget des plus modestes. Mais c’est pour la masse des salariés que la question des salaires est posée avec toujours plus d’acuité. Au point que dans nombre d’entreprises les directions des « ressources humaines » mettent en garde. Il y a péril en la demeure. Et certains de penser que la bataille sur les retraites pourrait trouver des prolongements dans les revendications salariales. Ce ne serait 
pas un transfert 
des mécontentements. Patronat et gouvernement se sont entendus pour geler pratiquement 
les rémunérations. 
Les augmentations ont été en moyenne de 3,5 % par an pendant trente ans, mais les deux dernières années ont marqué un sérieux coup d’arrêt. Même chose l’an prochain au train où vont les choses. Sauf que ce train peut changer de rythme. Dans nombre d’entreprises, 
des mouvements sont en cours. D’autres ont déjà obtenu des succès significatifs et l’on peut citer, avec l’ironie qui convient, ce commentaire dans la Tribune du vice-président de l’association nationale des DRH : « Je suis frappé par le retour des augmentations collectives dans les entreprises, qui touchent également les cadres. Dans le même temps, les DRH favorisent l’individualisation, y compris chez les non-cadres. Il faut des rémunérations individuelles car elles sont un élément de motivation 
et de reconnaissance. » Bien sûr…

Une autre politique des salaires est possible. Les administrateurs des grands groupes 
n’en doutent pas d’ailleurs, qui se sont versé 16 % de plus en 2009. Faites comme je dis… la suite est connue. 
Plus profondément la bonne santé des entreprises 
est avérée, saluée par la presse économique. Plus 12 % de croissance pour celles du CAC 40. Dans l’automobile, aidée il y a dix-huit mois comme on le sait, Michelin affiche une hausse de son chiffre d’affaires de 23,9 %, PSA de 10,28 %, Renault de 5,7 %, mais au-dessus 
du marché mondial qui grimpe de 4,6 %. Une autre politique des salaires est aussi nécessaire. C’est un levier pour une croissance saine, décourageant la spéculation financière, favorisant une vraie reprise. C’est le contraire que veut Nicolas Sarkozy avec son gouvernement 
de « professionnels aguerris », comme l’écrivait 
étienne Mougeotte hier dans le Figaro. Professionnels, 
ça oui, de la droite.

Dans nombre d’entreprises les directions des « ressources humaines » mettent en garde. Il y a péril en la demeure.



Maurice Ulrich

Ripostons,proposons : salle comble à Japy .

Publié le 15/11/2010 à 17:21 par rassemblerlagauche

Ripostons, proposons : salle comble à Japy

Par Pierre BOUKHALFA le mardi 9 novembre 2010, 22:37 - Pierre Laurent - Lien permanent

A l’appel du PCF, mille personnes s’étaient donné rendez-vous lundi 8 novembre au Gymnase Japy, dans le 11ème arrondissement de Paris.

Une soirée de lutte et d’échanges autour des propositions alternatives portées par le PCF qui témoignait de la combattivité intacte des militants présents. Deux jours après la huitième mobilisation nationale contre la réforme des retraites, le moment était d’importance. Il s’agissait aussi de faire le point sur le débat à gauche, les prochaines échéances politiques et sociales, pointer l’importance du développement du Front de Gauche et du PCF et de tracer des perspectives politiques face à une droite toujours aussi déterminée à multiplier les mauvais coups.

Nous reproduisons le discours de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, qui a conclu la parole où successivement, Pierrick Annoot, secrétaire générale de la JC, Elianne Assassi, sénatrice, Marie-George Buffet et André Chassaigne, députés, sont intervenus.

======

Mesdames et Messieurs, Cher-e-s ami-e-s et cher-e-s camarades,

Nous tenons ce meeting dans un moment exceptionnel. Samedi, c’est encore plus d’1,2 million de personnes qui manifestaient dans le pays contre la réforme des retraites, sans compter les milliers de femmes venues défiler à Paris pour les droits des femmes et singulièrement le droit à l’avortement aujourd’hui gravement remis en cause. Oui, la mobilisation n’est pas terminée ! Oui la colère est plus grande que jamais contre un pouvoir qui méprise à ce point les salariés de notre pays !

Le gouvernement peut bien pérorer. C’est un très haut niveau de mobilisation et de combativité qui persiste, après des semaines d’une exceptionnelle intensité. Nous vivons un de ces mouvements sociaux, une de ces mobilisations citoyennes, dont notre peuple a le secret et qui marqueront, après d’autres - 1995 ou 2005 et le TCE pour ne citer que les plus récentes - l’histoire de notre pays.

Le gouvernement continue sa chanson sur l’essoufflement, l’échec, la fin du mouvement. Il a fait voter sa loi, non sans mal, et après avoir été obligé de mettre au pas les deux Assemblées, pourtant dominées par des majorités honteusement serviles, et le voilà qui veut nous faire croire qu’il a gagné la bataille.

Eh bien, nous affirmons ici le contraire : Nicolas Sarkozy et son gouvernement ont fait voter la loi, mais le président de la République vient de perdre sa première grande bataille politique depuis 2007. Et quoi que nous chantent les bla-bla gouvernementaux, cela change tout pour la suite !

C’est clair et net, la bataille des retraites n’est pas terminée. L’intersyndicale vient de décider une nouvelle journée d’action entre le 22 et le 26 novembre. De multiples actions sont prises dans de nombreuses corporations. Des grèves continuent et il faut saluer le courage de ceux qui les conduisent. Quelle que soit l’issue de la bataille engagée, le peuple français restera durablement marqué par les évènements que nous vivons en ce moment.

Trois convictions majeures nous ont rassemblé et rassemblent une majorité de nos concitoyennes et de nos concitoyens au cours de cette bataille.

La première est très claire : nous, salariés de toutes conditions et jeunes en formation de ce pays, nous ne voulons pas vivre les décennies à venir sous le régime injuste que nous impose cette loi. Nous nous battrons jusqu’à sa remise en cause, parce que ce n’est pas la vie que nous voulons. Le vote de la loi ne tourne pas la page. Ce combat est plus que jamais devant nous. Et, que les choses soient claires, ce message s’adresse à tous les gouvernements à venir, quels qu’ils soient. Qu’aucun d’entre eux ne mise sur la résignation en la matière. Tout simplement parce qu’il en va d’une question essentielle pour la vie de notre peuple, pour l’avenir de la jeunesse du pays.

Nous ne voulons pas être contraint d’attendre de toucher une retraite, souvent de misère, jusqu’à 62, 65 ou 67 ans quand 40% des salariés qui partent aujourd’hui à 60 ans ne sont déjà plus en situation d’emploi mais exclus du travail. Nous ne voulons pas laisser voler les plus belles années de retraite à des ouvriers épuisés, victimes de maladies professionnelles mal reconnues, à des employés ou des cadres minés par le stress. Nous ne voulons pas laisser les femmes subir tout au long de leur vie professionnelle la précarité, le temps partiel, les bas salaires, pour s’entendre dire à 60 ans, il faut continuer à ce régime là deux, cinq ou sept ans de plus, et tout ça pour une pension indigne d’une vie au XXIème siècle. Nous ne voulons pas priver les jeunes d’un million d’emplois quand leur accès au marché du travail serait au contraire une des clés d’une réforme juste et solidaire des retraites.

Oui, nous ne voulons pas de tout cela, et nous nous battrons jusqu’au bout ! Cette réforme ne doit pas s’appliquer. C’est maintenant notre combat.

Une seconde conviction s’est imposée avec clarté. Ce pouvoir est indigne, il a décidément tourné le dos à toute légitimité populaire, et n’a qu’une boussole, les intérêts de l’oligarchie financière. Pour faire adopter cette loi, il a tout bafoué : bafouée la négociation avec les syndicats qui n’a jamais existé ; bafouée la voix du peuple qu’il n’a jamais voulu écouter, niant l’évidente opposition majoritaire du pays, méprisant les manifestants, stigmatisant et réprimant les grévistes, manipulant jusqu’au ridicule les chiffres pour nier l’importance des mobilisations ; bafouée la jeunesse, qu’il a cherché à infantiliser, niant son droit au débat et à la libre expression, puis a provoqué, infiltrant la police dans ses rangs, en utilisant des méthodes de voyous ; bafoué le Parlement, dont la conduite des débats a été régenté par l’Elysée au mépris de la Constitution, réduisant les parlementaires de sa majorité à des applicateurs zélés et serviles de la moindre de ses directives ; au fond bafoués tous les principes démocratiques et les valeurs républicaines de notre pays, valeurs désormais régulièrement mises à mal depuis que le gouvernement s’est engagé pour détourner la colère populaire sur la voie haineuse de la xénophobie d’État.

Eh bien, ce n’est pas comme cela que notre pays entend être gouverné. Ce n’est pas cette France dénaturée dans laquelle nous nous reconnaissons. Nous ne sommes pas une république bananière dans laquelle l’élection du Président de la République peut devenir un blanc-seing assimilé au vote des pouvoirs spéciaux dont le président pourrait user sans limite hors de tout contrôle démocratique.

Oui, en adoptant la loi contre la majorité populaire, contre toutes les organisations syndicales, Nicolas Sarkozy et son gouvernement ont signé leur illégitimité. Au nom de la souveraineté démocratique, ils sont condamnables et condamnés.

La troisième conviction s’est lue sur bien des pancartes, a été entendue dans bien des témoignages, elle résume la portée du mouvement : « de cette société là, nous ne voulons pas ! ».

La bataille sur les retraites a cristallisé le rejet de choix politiques qui, en tous domaines, visent à faire payer la crise financière capitaliste aux salariés. Ces choix nous conduisent tous, et la société avec, dans de très graves impasses, dans des crises décuplées, dans une régression générale et continue.

La crise est bel et bien là. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Notre pays compte désormais très officiellement 4 millions de chômeurs. Parmi eux, plus de 725.000 séniors et 750.000 jeunes : que dire d’une société qui réserve pour seul sort aux plus âgés et aux plus jeunes la souffrance du chômage ? Elle est malade et cette maladie a un nom : le cancer généralisée de la finance. La sueur des uns fait le profit des autres. Les entreprises du CAC 40 affichent 47 milliards de profit pour la seule année 2009. C’est plus que le besoin de financement de la sécurité sociale. Et si l’on en croit les Échos du 21 octobre, les dix premiers groupes du CAC 40 sont assis sur un matelas de trésorerie de 145 milliards d’euros ! Quant aux banques, elles annoncent à nouveau des profits faramineux. Où est la morale d’un tel système qui fait sa fortune en rackettant le travail et la création de richesses ?

Les luttes actuelles montrent que des millions de salariés ont pris conscience de cette crise et de la nécessité d’en sortir autrement qu’avec les recettes capitalistes. Au delà de l’enjeu du droit à la retraite, ce mouvement porte de très grandes exigences populaires en matière d’emploi, de salaire et de pouvoir d’achat et, plus profondément encore, il porte la question essentielle du travail et de sa finalité. Je pense aux sous-traitants et intérimaires de l’aéroport de Roissy, à nouveau mobilisés jeudi dernier, à ces bagagistes qui souffrent au travail et vivent comme une insupportable provocation le recul de l’âge légal de départ en retraite ; ou encore aux agents de Pôle Emploi qui seront demain mobilisés pour exiger le retrait du plan de suppression de 1800 postes, dénoncer leurs conditions de travail et donc les conditions d’accueil de millions de chômeurs dans ces structures.

Sauf à vouloir remplacer la société par le chaos, il est temps d’administrer à ce système capitaliste un traitement de choc. Il est de notre responsabilité pour cela d’inventer ensemble un nouvelle civilisation, une civilisation de toute l’humanité, fondée sur la maîtrise et le dépassement des marchés, sur des nouveaux pouvoirs pour les citoyens, les travailleurs et indissociablement sur une autre culture, une nouvelle éthique, de nouvelles valeurs de partage, de respect de la créativité de chacun.

Soyons confiants dans notre capacité à atteindre cette ambition. Le désarroi de la droite se fait chaque jour un peu plus sentir. Il s’entend et se lit. Il y a ces derniers temps, à droite, une petite musique savoureuse que j’aimerais partager avec vous. Claude Bébéar s’en est récemment fait l’interprète dans une interview au Monde. A la question « Comprenez-vous la résistance des Français à la réforme des retraites ? », le président d’honneur d’AXA a répondu ces quatre mots lourds de sens : « A vrai dire non. » Cette musique, loin des discours officiels, nombreux sont ceux à l’UMP qui ose l’avouer : « ils ne comprennent pas ! ». Ils ne comprennent pas comment, alors que la propagande étatique fonctionnait à plein régime, alors que le calendrier avait été soigneusement déterminé, comment une telle mobilisation a été possible.

Et pour cause ! Depuis 2007, ils pensaient que tout était réglé : leur politique était, disaient-ils, ultra-populaire ; les syndicats étaient devenus « responsables » ; et vous vous souvenez toutes et tous de cette phrase de Nicolas Sarkozy lui-même : « Désormais, quand il y a une grève en France, personne ne s’en aperçoit ». C’est d’ailleurs probablement cette même arrogance qui a fait confondre à Jean-Louis Borloo, 300 et 3000 stations-services à sec en pleine grève des raffineries.

Mais la crise financière et la réponse des gouvernants à cette crise ont mis fin à cet enfumage. Et le mouvement actuel a bel et bien été à la hauteur de l’attaque sans précédent lancé à la faveur de cette crise contre le monde du travail.

Voilà, mes amis, ce qui vient de changer. Et vous le mesurez, ce n’est pas rien. Nous venons d’entrer dans une nouvelle phase de l’affrontement contre ce pouvoir, avec des atouts nouveaux. Nicolas Sarkozy voulait faire de la retraite sa bataille essentielle. Nous avions décidé de relever le défi en décidant lors de notre congrès de faire de cette bataille un axe majeur de notre action. Nous pouvons être fiers de la bataille menée. Oui, nous sortons plus forts des semaines écoulées, Nicolas Sarkozy et les siens plus affaiblis.

Avant de vous dire encore un mot sur l’avenir et les tâches politiques essentielles qui nous attendent, permettez-moi de saluer notre peuple qui une fois encore a montré son extraordinaire capacité de résistance. Aux heures les plus fortes de la mobilisation, nous avons tous ressenti ce que nous ressentions en militant pour le non au TCE en 2005 : la formidable intelligence d’un peuple face à un pouvoir se servant de tous les artifices pour le diviser et le faire plier ; la combattivité de millions de femmes et d’hommes qui n’est conquise que dans la conviction de se battre pour la justice sociale ; et, aussi, cette envie de liberté, d’égalité et de fraternité, cette envie de faire vivre et de reconquérir les valeurs de notre République, de les faire entrer dans le XXIème siècle quand tant de bons apôtres du capitalisme mondialisé nous expliquent que la modernité serait d’y renoncer.

Je veux aussi ce soir saluer le travail exceptionnel des organisations syndicales. Jour après jour, elles ont multiplié les initiatives pour informer les travailleurs de la nature régressive du projet gouvernemental. Depuis des mois, elles sont restées unies sans ne jamais rien céder au gouvernement qui fasse reculer les droits des salarié-es. Et, aujourd’hui, des millions de salariés affirment ensemble leur volonté de maintenir le droit à la retraite à 60 ans et se mobilisent pour le garantir. Bravo à elles pour leur lucidité et leur détermination. Je peux vous dire, moi qui vient de me rendre, pour préparer le prochain congrès du PGE les 4 et 5 décembre à Paris, à Madrid, Rome, Athènes et Hanovre, que l’Europe entière admire et regarde ce qui se passe dans notre pays.

Je veux enfin redire ici l’importance du travail des parlementaires communistes, de l’ensemble des deux groupes dans leur diversité. Le projet de loi qu’ils ont élaboré et porté a donné une perspective politique crédible à la mobilisation en montrant, proposition contre proposition, qu’une autre réforme était et demeure possible. Leur grande ténacité dans le débat parlementaire a donné un formidable écho aux revendications des salariés. Nous pouvons être fiers d’eux. Le peuple a besoin de tels élus et ils ont montré ce que le peuple est en droit d’attendre de la gauche.

Car, c’est l’autre question dont je veux vous parler ce soir. La gauche doit maintenant prendre la mesure de la puissance de l’exigence populaire qui vient de gagner le pays. Et elle doit se mettre à la hauteur. Je ne vais pas y aller par quatre chemins : le risque est grand qu’elle ne le fasse pas. Et c’est exactement ce que pensent les gens qui expriment dans plusieurs sondages parus ces jours ci tout à la fois leur envie de gauche et leur scepticisme sur la gauche.

Les Français ont raison. Aujourd’hui, le fossé existe. Le décalage est réel. Mais, nous, mes camarades, nous ne sommes pas là pour constater cette situation, pour pleurnicher, même avec les larmes de la colère, sur l’état du problème. Nous sommes pour là pour changer cette situation, pour construire avec notre peuple le projet collectif de changement auquel il aspire, pour ouvrir avec lui le chemin d’espoir qui lui ouvrira la porte. Et je l’ai dit, ce qui vient de se passer nous donne de nouveaux atouts pour y parvenir.

Que propose-t-on pour le moment à notre peuple pour résoudre ce problème et répondre à ces attentes ?

A droite, on nous propose un remaniement ! La belle affaire ! Le petit jeu de Nicolas Sarkozy, qui dure maintenant depuis des mois, à jouer, comme le disait Marie-George, avec les prétendants de son camp à tel ou tel poste, est, dans la période, tout simplement indécent. Je le dis clairement ce soir : il n’y a rien à attendre du remaniement, rien, absolument rien. Ils vont changer l’ordre de la photo gouvernementale. Et, de toute façon, dans la monarchie UMP, Nicolas Sarkozy décide tout et tout seul. Alors que l’on ne compte pas sur nous pour commenter ce nouveau casting. Le remaniement, on s’en fout et ça n’intéresse pas les Français.

Au Parti socialiste, on nous parle élection présidentielle, et c’est effectivement une échéance importante. Au lendemain de la journée de mobilisation du 26 octobre, Ségolène Royal - qui parlait un peu vite de « défaite », merci pour ceux qui luttent - déclarait que la réforme des retraites ne constituait pas « une défaite définitive » et était réversible en cas de victoire de la gauche à la présidentielle de 2012. Certes, aucune loi n’est éternelle. Celle-ci pourra donc être changée. Mais le problème, c’est sur quelle base ?

François Hollande, déclarait cette semaine dans une interview : « Il est évident que l’allongement de l’espérance de vie conduira à un allongement progressif de la durée de cotisation. … Au nom de quoi empêcher un salarié qui n’a pas forcément tous ses trimestres de liquider sa pension plus tôt, quitte à subir une décote ? C’est quand même un choix de vie ! » Fin de citation.

Eva Joly n’est pas en reste quand elle déclare : « L’attention a été trop centrée sur l’aspect faussement bon sens et comptable de la réforme. L’argument qui consiste à dire nous vivons plus longtemps donc il faut travailler plus est superficiel. Il faut poser la question : qui travaillera plus longtemps ? ». Permettez-moi, là encore, de ne pas être très rassuré quant aux résultats produits par une réforme des retraites qui partirait de la question « qui travaillera plus longtemps ? ».

Eh bien, nous, nous ne prenons pas le débat de cette manière. Nous en avons assez de cette gauche de la défaite qui n’a que « le réalisme de la contrainte financière » à la bouche comme si les dogmes de la gestion capitaliste et du FMI étaient devenus incontournables. Ce sont ces dogmes qui nous ont conduit à la crise. Je le dis aux responsables du Parti socialiste et d’Europe Ecologie : si la gauche revient au pouvoir, elle aura la responsabilité principale de répondre à une question, « qui doit payer : le capital ou les salariés ? ». Eh bien, si la réponse de cette gauche, c’est encore les salariés, ce sera sans nous !

Mais j’en suis sûr, ce n’est pas ce que veulent les femmes et les hommes de gauche de ce pays. Et, je préfère parler de potentiel et pas de contrainte. Comme du potentiel fiscal des hauts revenus ou des revenus du capital par exemple. Je suis d’ailleurs tombé sur une nouvelle niche fiscale la semaine dernière. Elle s’appelle la niche Copé. C’est une niche qui permet aux sociétés d’être exonérées d’impôt sur les plus-values liées à la cession d’une filiale possédée depuis au moins 2 ans. Ça paraît technique comme ça mais je vous garantis que c’est très efficace pour les grands groupes. Ça l’est nettement moins pour les finances de l’État qui a perdu avec ce dispositif, pour la seule année 2008, plus de 12 milliards de recettes. C’est 20 fois le coût du bouclier fiscal la même année ! C’est formidable, non, la niche Copé ?

La lettre du journal l'Humanité

Publié le 20/06/2010 à 21:25 par rassemblerlagauche
Si cette lettre ne s'affiche pas correctement, cliquez-ici


Où trouver l'Humanité ? | Soutenir l'Humanité

lundi 21 juin 2010

Á LA UNE DE VOTRE JOURNAL

LE PCF S’ENGAGE POUR UN « PACTE D’UNION POPULAIRE »
Á l’issue de leur congrès, les communistes ont décidé de poursuivre l’aventure du Front de gauche en lui impulsant « un nouvel élan » pour la rédaction d’un « projet partagé » coélaboré avec les citoyens. Pierre Laurent a été élu à la tête du parti.
Le portrait du nouveau secrétaire national, Pierre Laurent.

RETRAITES
Jean-Pierre Poinsot, cinquante-six ans, ouvrier dans une usine de machinisme agricole en Haute-Saône, voit la perspective de prendre sa retraite à soixante ans reculer d’un an et demi. Rencontre.

SPÉCIAL FÊTE DE LA MUSIQUE
La 29e édition de la Fête de la musique fera particulièrement entendre la voix des femmes. Une variation féminine bienvenue pour célébrer le premier jour de l’été en musique.
Notre sélection en Île-de-France et en province

PARFUM DE SCANDALE À LA TÊTE DE L’ÉTAT
Soupçonnée de fraude fiscale, l’héritière de L’Oréal aurait versé des dons à l’UMP en guise de contrepartie. Éric Woerth, alors ministre du Budget, et sa femme sont mis en cause.

LES SANS-PAPIERS FONT PLIER LE GOUVERNEMENT
Le ministère de l’Immigration a concédé des « ajustements » pour la régularisation des travailleurs sans papiers présents en France depuis plus de cinq ans.

PRÉSIDENTIELLES EN GUINÉE
Le 27 juin, 4,2 millions de citoyens guinéens sont appelés aux urnes pour la première élection libre de l’histoire du pays. Les enjeux.

LE TRAVAIL DANS TOUS SES ÉTATS
Soumis à un management d’un genre nouveau, le Benchmarking, les chargés de clientèle de la Caisse d’épargne Rhône Alpes l’ont appris à leurs dépens. Enquête.

L’INVITÉE DE LA SEMAINE
Le recul social contre un triple A des agences de notation.
Par Christiane Marty, membre du Conseil scientifique d’Attac.

C’EST UN SCANDALE !
Avec l’hommage au général tortionnaire Marcel Bigeard, les autorités ont unanimement salué sa mémoire. Et une certaine idée de la France.

LE JOUR OÙ LE FOOTBALL FRANÇAIS A EXPLOSÉ EN VOL
L’exclusion d’Anelka et la chasse au « traître » des Bleus a mis au jour un fonctionnement totalement dévoyé au sein et autour de l’équipe de France. Après France-Afrique du Sud, mardi, la Fédération française de foot devrait vaciller.
Retrouvez également, les reportages de nos envoyés spéciaux sur la société sud-africaine vue de l’intérieur.



A NOS ABONNES A LA NEWSLETTER

Le site de l’Humanité fait peau neuve la semaine prochaine. La newsletter aussi ! Dès mercredi , vous pourrez bientôt en personnaliser le contenu, en changer la fréquence, en vous inscrivant simplement et gratuitement au préalable dans l’espace “Mon humanite.fr” du futur site internet de votre journal. A bientôt !
Le pôle web de l’Humanité.








Dossiers

INFO : DOMIK27

Publié le 13/06/2010 à 21:05 par rassemblerlagauche


Portable en fin de vie pas les moyens pour l'instant tant que sa tient

à plus tard .

Main basse sur les tarifs de l'électricité .

Publié le 09/06/2010 à 21:21 par rassemblerlagauche



Le projet de loi Nome, dont l’examen a débuté hier soir à l’Assemblée, va provoquer une hausse de 11 % des tarifs dès cette année. L’opposition socialiste et communiste votera contre ce texte, qui prévoit la mise à disposition d’un quart de la production nucléaire aux concurrents d’EDF.

Les députés UMP et Nouveau Centre vont-ils donner le feu vert à une flambée des tarifs réglementés de l’électricité  ? L’examen du projet de loi sur la nouvelle organisation du marché de l’électricité, auquel s’opposent parlementaires communistes et socialistes, a débuté hier soir à l’Assemblée nationale. Or, son adoption définitive, prévue avant la fin de l’année, devrait conduire à une hausse sans précédent et complètement artificielle de la facture. Selon les prévisions de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), les tarifs réglementés devraient bondir de 7,1 % à 11,4 % dès cette année et continuer d’augmenter de 3,1 % à 3, 5 % par an entre 2011 et 2015.
une augmentation artificielle des tarifs

Cette flambée sera la conséquence mécanique de l’obligation faite par la loi à EDF de mettre à la disposition de ses concurrents 25 % de sa production nucléaire. Cette disposition vise à permettre à GDF Suez, Poweo ou encore Direct Énergie de gagner des parts de marché dans la fourniture d’électricité aux particuliers et aux entreprises. En effet, malgré le fait que la France a, comme l’exigeait Bruxelles, totalement ouvert son marché intérieur en 2006, la concurrence reste très marginale puisque 97 % des Français sont restés fidèles aux tarifs réglementés. Et pour cause  : peu ou pas producteurs d’électricité, les nouveaux opérateurs ne sont pas en mesure de 
faire des offres commerciales compétitives. Pour qu’ils y parviennent, le premier ministre, François Fillon, a donc décidé de leur donner accès à un quart de la production nucléaire. Mais «  cette spoliation d’un bien de la nation  », comme le dénonce la CGT énergie qui rappelle que les 54 réacteurs nucléaires actuellement en service ont été financés par les usagers, par le biais de leurs factures, a un prix. Elle va provoquer un surenchérissement du coût du mégawatt. Alors qu’il est aujourd’hui de 34 euros, il devrait atteindre 42 euros. Un bond de 25 % que supporteront les usagers, entreprises comme particuliers. La loi Nome comporte d’autres dispositions qui suscitent l’opposition du PCF, du PS et de la CGT. Les tarifs réglementés pour les entreprises seront purement et simplement supprimés. Ce qui ne sera pas sans conséquences, dans cette période de crise, pour les entreprises dites électro-intensives. Pour les particuliers, l’existence des tarifs réglementés est officiellement garantie, mais la loi va conduire à, progressivement, réduire leur intérêt pour le consommateur. Désormais, c’est la CRE qui les fixera, tandis que leur calcul devra intégrer «  une référence
au marché  » dont les prix sont supérieurs en moyenne de 40 %.
LA CNR BIENtôt privatisée au profit de GDF SUEZ ?

La loi Nome pourrait être aussi l’occasion pour le gouvernement de privatiser la Compagnie nationale du Rhône. Cette entreprise qui gère les aménagements du fleuve et en particulier les barrages hydroélectriques pourrait passer sous le contrôle total de GDF Suez, qui en possède déjà 49 %. Un amendement déposé en ce sens a été rejeté en commission par les parlementaires, mais la CGT comme le PCF craignent qu’il ne refasse surface au cours de l’examen du texte

site de l'Huma

Madagascar : le PCF condamne la suspension de l'aide au développement .

Publié le 09/06/2010 à 17:19 par rassemblerlagauche
Accueil > Dossiers et actualités > Monde

Mis en ligne : 8 juin
Partager :
Thèmes :

L’Union européenne vient de décider de suspendre son aide au développement à Madagascar en raison de « l’absence de progrès démocratiques depuis l’arrivée au pouvoir controversé d’Andry Rajoelina en mars 2009 ». L’aide humanitaire serait maintenue, mais l’Union européenne va stopper tout appui budgétaire et toute aide au titre du Fonds Européen de Développement. Le PCF condamne cette décision consternante et inacceptable.

Le contexte politique, il est vrai problématique, ne peut justifier cette mesure inique et irresponsable vis-à-vis d’un pays qui est un des plus pauvres du monde. C’est la population malgache qui va en payer le prix et la situation à Madagascar en sera encore plus insoutenable, dans le contexte de crise aigue qui dure depuis 2008.

On peut d’ailleurs s’interroger sur la cohérence et la légitimité de la politique de l’Union européenne et de ses Etats membres, quand on sait que Nicolas Sarkozy a, de son côté, sans sourciller, accueilli et mis à l’honneur au sommet Afrique-France de Nice, un certain nombre de Chefs d’Etats africains issus de coup d’Etat ou d’élections frauduleuses… Cet état de fait illustre une fois encore les principes à « géométrie variable » d’une politique qui varie en fonction des intérêts en jeu.

Le PCF exprime sa solidarité avec le peuple malgache dans cette situation difficile. L’Union européenne et la France doivent contribuer au développement pour faciliter l’issue aux crises politiques et les progrès démocratiques.

Parti communiste français Mardi 8 juin 2010